Docteur, dois-je me faire opérer ?

Les diverticules coliques sont très fréquents dans la population générale et ne seront opérées que les personnes qui ont des diverticules compliqués. Ainsi, une diverticulose peut passer  d’une forme simple à un forme compliquée soit de type hémorragique (saignement profus par l’anus), soit de type infectieux avec le risque de perforation, d’abcès et de péritonite. Par argument de fréquence on parlera alors, en cas d’atteinte infectieuse, de diverticulite du colon gauche ou de sigmoïdite aiguë.  Il s’agit en général d’une douleur abdominale localisée au niveau de la fosse iliaque gauche qui peut être associée à une température élevée. En chirurgie, l’idée est qu’une anastomose (couture sur l’intestin) ne peut pas tenir dans un milieu infecté et nécessiterait l’exérèse du colon pathologique et la réalisation d’un anus artificiel (stomie). Donc le traitement de la sigmoïdite aiguë consiste à « refroidir » la poussée par un traitement médical associant des antibiotiques et une mise au repos de l’intestin éventuellement au cours d’une hospitalisation. Une intervention chirurgicale en urgence ne sera réservée qu’aux péritonites aiguës généralisées. Il s’agira alors le plus souvent de pratiquer une grande ouverture de la cavité abdominale associée à une résection du colon pathologique sans rétablir la continuité digestive (cf schéma 3 intervention de Hartmann).

 
 

Schéma 3 : colectomie gauche avec colostomie iliaque terminale (intervention de Hartmann)


La stomie sera refermé 3 à 6 mois après l’intervention.  « A froid », la sigmoïdite diverticulaire ne s’opère qu’après deux crises de diverticulites ou éventuellement après une crise sévère  pouvant être à l’origine notamment d’un abcès péri-sigmoïdien. L’intervention est très généralement réalisée par coelioscopie afin d’être la moins agressive possible (cf schéma 4 : colectomie gauche avec anastomose colo-rectale).

    

Schéma 4 : colectomie gauche avec anastomose colo-rectale